Le Club de lecture : L’Histoire de France racontée aux extra-terrestres par Jérôme Attal

Jérôme Attal lors de la XVIIIe Forêt des Livres de Chanceaux-près-Loches - © Chloé Chateau

Jérôme Attal lors de la XVIIIe Forêt des Livres de Chanceaux-près-Loches – © Chloé Chateau

Jérôme Attal a été la rencontre imprévue de la dernière Forêt des livres : un auteur sympa et farfelu, faisant une autopromotion décapante de ses bouquins. Il ne nous en fallait pas plus pour nous arrêter et jeter un œil. Le filet était jeté, et tant l’humour de l’écrivain que les sujets de ses œuvres nous ont convaincues de nous procurer L’Histoire de France racontée aux extra-terrestres et Le Voyage près de chez moi.

A peine remontée en voiture pour rentrer à Tours (de Chanceaux-près-Loches, ça fait déjà une petite trotte), je m’attaquais impatiemment aux premières pages de L’Histoire de France racontée aux extra-terrestres. En arrivant j’avais dévoré les cinquante premières pages et le lendemain le reste du livre. En le refermant, je ressentais une impression mitigée : pas vraiment capable de dire ce que j’en avais pensé, sachant que j’avais aimé, mais persuadée aussi d’avoir été un peu perturbée. Il me fallut quelques jours de plus pour mettre des mots là-dessus.

L’Histoire de France racontée aux extra-terrestres étant le premier ouvrage de Jérôme Attal auquel je m’attaque, je ne prétends aucunement parler ici du style de l’auteur. Mais le style du bouquin, lui, est assez particulier. A cause du rythme, d’abord (ou grâce à lui), assez effréné, aidé par de courts chapitres et des changements de sujets perpétuels. Ensuite, la façon qu’a l’écrivain de raconter des bouts d’histoire de France à un jeune extra-terrestre qui n’y connaît rien de rien, ce qui lui permet de faire ça à sa sauce anachronique. Mais c’est aussi l’intervention calculée (et de plus en plus fréquente à la fin du livre, du moins c’est l’impression que j’ai eue et j’avoue ne pas être allée vérifier dans le sommaire) de bouts d’histoires romantiques de l’auteur (autobiographiques ou non, il faudra lui demander) qui achève de donner un caractère étrange et toutefois séduisant à ce roman – ou plutôt à cette anthologie de 32 chapitres plus farfelus les uns que les autres.

Finalement, L’Histoire de France racontée aux extra-terrestres m’a fait l’impression d’un mec par lequel on est attirée sans vraiment savoir si on a été réellement séduite tout en ayant un goût de retournes-y qui va me faire ouvrir très vite Le Voyage près de chez moi pour savoir si la liaison va se poursuivre. Bref, un livre drôle et attachant à l’image de son auteur, qui donne envie d’en découvrir plus. Peut-être pas celui qu’il faudrait lire en premier pour découvrir l’univers de Jérôme Attal mais une chouette découverte et un très bon moment de lecture.

Chloé Chateau

Jérôme Attal, L'Histoire de France racontée aux extra-terrestres - © Chloé Chateau

Jérôme Attal, L’Histoire de France racontée aux extra-terrestres – © Chloé Chateau

Et comme j’ai conscience de n’avoir pas vraiment parlé du livre en lui-même, je laisse faire la 4e de couverture, qui le fait très bien :

Dans L’Histoire de France racontée aux extra-terrestres, on trouve : des jeunes filles au pair, des chevaliers désarçonnés, des parties de tennis avec des météorites, des conversations secrètes entre Andy Warhol et François Mitterrand, un go-fast de la Révolution française, Louis XIV qui sifflote I’ll Be Your Mirror en traversant la galerie des glaces, des Québecois souriants des chaussons aux pommes, des marchés couverts qui ressemblent à des soucoupes volantes, et bien d’autres choses encore… Pour peut-être finir par croire, comme le dit un guerrier franc de l’époque de Clovis, qu’« Un Européen c’est rien qu’un barbare qui a décidé de s’arrêter à un endroit pour y planter des choux. »

En 32 chapitres tous plus étonnants les uns que les autres, Jérôme Attal rafraîchit l’histoire de France pour la rendre accessible aux extra-terrestres. Entre Le Petit Prince de Saint-Exupéry et les élucubrations d’un Richard Brautignan, un roman drôle, irrésistible de poésie.