Teafarm : l’art de faire pousser du thé au Canada

Fresh Cup Magazine cover Tea in Nothern Lands DR

Fresh Cup Magazine cover – Tea in Nothern Lands – DR

This article in French is inspired from an article by Lu Ann Pannunzio for Fresh Cup Magazine, written in English, which you can read there

Cet été aura lieu la première récolte du tout premier thé canadien de Teafarm dans la propriété de Victor Vesely et Margit Nellemann, sur l’île de Vancouver. 

C’est en 2003 que Victor Vesely et Margit Nellemann ont acheté une ferme de la vallée de Cowichan sur l’île de Vancouver, au Canada, pour y produire une agriculture biologique et responsable, notamment des tisanes pour lesquelles leur domaine est désormais réputé, et de l’art, particulièrement de la céramique.

La vallée de Cowichan bénéficie d’un micro-climat, qui offre les températures moyennes les plus chaudes du pays. Cela rend cet endroit idéal pour faire pousser du raisin, mais aussi du thé. C’est du moins ce que se sont dits les propriétaires de Teafarm qui avaient du mal à se procurer du thé biologique et responsable en grandes quantités pour fournir leurs clients. Soucieux de limiter leur empreinte écologique, le couple a alors songé à tenter de faire pousser son propre thé sur le domaine, rapporte Fresh Cup Magazine.

Sans aucune expérience dans la pousse du thé, Victor Vesely et Margit Nellemann ont choisi de se lancer en mai 2010. Ils ont alors acheté 200 jeunes plants de Camellia Sinensis, la principale variété de théiers chinois, achetés aux Etats-Unis. Après plusieurs coups durs, dus notamment au gel et à la neige, mais aussi aux ravages causés par un cerf la deuxième année, Teafarm peut enfin s’enorgueillir de faire pousser le premier thé canadien.

Vesely et Nellemann ont fait plusieurs tests d’oxydation et ont réussi à faire du thé vert Kukicha, du thé oolong et du thé blanc. Vesely a déclaré à Fresh Cup Magazine avoir une préférence pour son thé oolong, qui aurait selon lui des notes de Darjeeling et de muscat. Le couple s’est également essayé au Lapsang Souchong, en fumant leur thé avec du bois provenant des érables du coin. Si aujourd’hui la plantation ne compte « que » 600 pieds, Teafarm devrait grandir encore avec à terme 3 à 4.000 théiers.

C’est par le biais de leur site Internet notamment que Teafarm a fait la promotion de son thé, qui sera normalement vendu dès cet été à une liste de préinscrits – les quantités étant assez limitées mais le projet ayant suscité l’engouement du public, il y a même déjà une liste d’attente.