Tea in Literature #2 : John Green, Le Théorème des Katherine

John Green, Le Théorème des Katherine

John Green, Le Théorème des Katherine

Pour la deuxième édition de cette rubrique « Tea in Literature », j’ai décidé de partager avec vos un passage d’un roman que j’ai terminé la semaine dernière, Le Théorème des Katherine de John Green. 

John Green est également l’auteur de Nos étoiles contraires et je m’attendais donc à quelques chose d’assez spectaculaire. En fin de comptes, j’ai été assez déçue par ce roman, mais plus parce que j’avais fondé de grands espoirs dessus que parce qu’il était mauvais. On rentre assez bien dans l’histoire, c’est mignon, c’est parfois rigolo et on se laisse entraîner facilement par ce livre que j’ai terminé en deux jours. Il faut que j’arrête de me faire tout un plat des choses, ça m’évitera d’être déçue. À part ça, si vous cherchez un moment de littérature agréable et pas trop prise de tête, Le Théorème des Katherine est fait pour vous.

En plus, si vous le lisez, vous pourrez comme moi repérer ces deux passages du chapitre IX où Colin Singleton, le héros, apprécie une tasse de thé que l’on suppose glacé au vu des circonstances (et puis bon, ça se passe au fin fond des States, alors on les imagine mal sortir un thé jaune ou un fin oolong de Formose de derrière les fagots entre deux chasses au cochon sauvage). Enjoy!