L’Histoire du thé #8 : Robert Fortune, botaniste et voleur de thé

Robert Fortune, botaniste écossais et voleur de thé - DR

Robert Fortune, botaniste écossais et voleur de thé – DR

Vous croyiez avoir fait le tour de L’Histoire du thé ? Ravisez-vous, car voici un épisode essentiel. Aujourd’hui, Somewhere Over the Teapot vous raconte comment le botaniste britannique Robert Fortune a introduit le thé en Inde. 

Il existe des légendes qui expliquent comment le thé aurait été découvert en Chine et au Japon mais savez-vous comment le thé a été introduit en Inde ? Personnellement fan de Darjeeling, je ne m’étais jamais posé la question et quelle ne fut pas ma surprise quand j’ai appris que c’est un Britannique, Robert Fortune, qui a apporté illégalement des pieds de théiers en Inde au XIXe siècle ! Difficile de croire que l’un des plus grands producteurs de thé dans le monde ne s’y est mis que si récemment.

Probablement le vol le plus rentable de l’histoire

Et pourtant. Le botaniste écossais Robert Fortune (16 septembre 1812 – 13 avril 1880), qui a donné son nom à plusieurs plantes et animaux, est principalement connu pour avoir « volé » 20.000 plants de théier en Chine et les avoir transportés en Inde pour introduire la culture de cette plante là où les Britanniques pourraient la contrôler et casser le monopole chinois.

Au XIXe siècle, l’Europe s’était en effet prise de passion pour le thé, que seule la Chine produisait et vendait, gardant jalousement le secret de sa fabrication. D’où l’organisation d’une mission d’espionnage digne des meilleurs James Bond, dont la star était… un respectable botaniste écossais.

Robert Fortune and Family c.1866 - DR

Robert Fortune and Family c.1866 – DR

Une introduction illégale du thé en Inde

C’est après le Traité de Nanjing de 1842 que Robert Fortune a été envoyé par la Société d’Horticulture en Chine pour en rapporter des plantes. Le résultat de cette expédition fut l’introduction en Europe de nombreuses espèces de plantes et fleurs exotiques mais pas seulement. En 1848, le botaniste écossais introduisit également, pour le compte de la British East India Compagny, environ 20.000 plants de Camellia Sinensis, le nom latin du théier.

Comme de nombreux voyageurs européens de l’époque, Fortune s’était déguisé en marchand chinois durant la plupart de ses voyages pour inspirer confiance aux autres marchands. En effet, l’achat de plants de thé était alors interdit par le gouvernement chinois. Le botaniste réussit pourtant à introduire 20.000 plants et graines de théiers en Inde, dont seulement une poignée survécurent au trajet. Cependant, comme Fortune avait également fait venir des jardiniers chinois, la culture du thé put se répandre en Inde, connaissant ensuite le succès qu’on lui connaît aujourd’hui.