#DammannDay : création de mon premier thé parfumé grâce au travail à la cuiller

Mon premier thé parfumé, le Swan Goddess by Modestea

Pour la fin de cette journée magique, l’équipe de Dammann Frères nous avait réservé une ultime surprise. Après avoir discuté avec Aline Guglielmino Taillefer de son métier d’aromaticienne, ce fut à notre tour d’imaginer une création théinée. 

« Maintenant, vous allez créer votre thé parfumé ! », nous a lancé Aline Guglielmino Taillefer. On a commencé par sentir des « touches » de papier (comme celles utilisées dans les parfumeries) qu’Aline avait trempées dans des arômes de bergamote, d’orange sanguine, de chocolat et d’amande amère. Puis Aline nous a expliqué que nous ne manipulerions pas cependant les fameux arômes, qu’elle venait juste de nous faire sentir.

« Avant de commencer, je vais vous montrer comment moi je commence. Je sens, aussi, avec mes touches à parfum. Alors vous voyez, c’est comme un parfum, il y a les notes de têtes, ce qui s’évapore tout de suite, les notes de cœur, ce qui met un peu plus de temps à s’évaporer, et les notes de fond c’est ce qui reste sur la touche à parfum pendant la journée. » Sauf que moi, à ce stade, tout ce que j’étais capable de penser, c’était « On peut manger le carton ? » (Oui, bon, on avait dormi trois heures, la journée avait commencé tôt, et puis d’abord j’ai toujours faim.) « Non », m’a répondu Aline, qui est tellement cool qu’elle répond même aux questions stupides des gens, avant de me dire « qu’en fait c’est pas si idiot que ça, on ne peut pas goûter ce genre de produits intermédiaires, c’est trop puissant et dangereux. Ce sont des produits intermédiaires qu’on ne trouve pas dans le commerce, ceux du commerce sont hyper dilués ». Ne me remerciez pas, j’aime me dévouer pour vous filer des informations essentielles.

Kit pour la préparation d'un thé parfumé à la cuiller - ©Chloé Chateau

Kit pour la préparation d’un thé parfumé à la cuiller – ©Chloé Chateau

 

Donc, on allait créer un thé parfumé. « Vous allez voir, ce n’est pas simple, ça va être le bazar », a expliqué Aline (ça tombe bien, le bazar, ça me connaît, tout le monde le sait. « Alors quand moi je crée un thé parfumé, j’utilise des arômes, des pipettes, des boîtes, ma balance et en général c’est compliqué de manipuler des arômes. Donc vous, vous allez travailler, mais pas avec des huiles essentielles ou des arômes, parce que c’est assez complexe et que je n’ai pas envie que vous vous brûliez ou que vous tâchiez vos vêtements avec une huile essentielle ou que vous sentiez la bergamote pendant 15 jours. » Bon, petit aparté, nous, ça ne nous dérangeait pas de sentir la bergamote de Calabre pendant 15 jours, hein. Mais c’était Aline la chef, alors on a écouté la suite. « Donc ces arômes-là ils rentrent dans la composition de certains thés de notre catalogue et vous allez composer vos créations à partir de thés qui existent déjà chez nous et l’intérêt de ça, en plus, c’est que vous pourrez le refaire à la maison. Vous n’aurez pas besoin de mes arômes ! Vous ne pourrez le faire évidemment qu’avec des thés Dammann, hein ! Sinon ça ne marche pas – non c’est pas vrai. Et donc vous pourrez composer à partir de trois ou quatre thés. »

Création thé parfumé - brief création notes Agrumes - ©Chloé Chateau

Création thé parfumé – brief création notes Agrumes – ©Chloé Chateau

Pour se lancer, on a d’abord piocher un « brief » dans la « boîte mystère » – soit « thé notes agrumes » soit « thé notes gourmandes ». Je suis tombée sur « notes agrumes », ce qui m’arrangeait bien même si j’ai râlé parce que les « notes gourmandes » proposées n’entraient pas dans mon catalogue de saveurs personnelles. J’adore le chocolat mais pas thé au chocolat. Idem pour la vanille : dans les gâteaux c’est bien, mais dans le thé, moi bof. Ensuite, on a découvert les thés noirs parfumés qu’on nous proposait pour créer notre mélange :

Thés agrumes : Orange sanguine, Orange douce, Citron vert et Noël à Venise (parfumé au citron meringué et au caramel toffee).

Thés gourmands : Cerise noire, Amande Amaretti, Vanille et Charlotte au chocolat (chocolat et vanille).

La consigne, c’était de choisir quatre thés, dont trois au minimum devaient faire partie de la catégorie de notre brief. « On va faire notre marché et choisir ceux qu’on veut – c’est comme Top Chef mais là c’est Top Dammann », comme a dit Aline. J’aurais bien fait un mélange orange-cranberry, mais il n’y avait pas de canneberge, alors je me suis décidée pour un mélange orange-cerise.

Choix des thés aromatisés qui vont composer mon thé parfumé - ©Chloé Chateau

Choix des thés aromatisés qui vont composer mon thé parfumé – ©Chloé Chateau

Le travail à la cuiller

On a d’abord pioché dans les thés proposés – j’ai sélectionné Orange sanguine, Orange douce, Citron vert et Cerise noire. Ensuite, il fallait faire infuser les thés dans les kits de dégustation. Et enfin venait le moment du mélange à proprement parler. On devait, avec la grosse cuiller, préparer dans chaque verre de test un mélange de 10 cuillerées de thé. Deux d’un thé, trois d’un autre, et ainsi de suite jusqu’à en obtenir 10 cuillerées. Puis il fallait touiller et goûter. On n’avait que trois essais (et la fin de la journée approchait) alors il ne fallait pas se tromper et être un peu concentré. Je voulais un thé doux au goût d’orange prononcé alors dans mon premier mélange j’ai mis 4 cuillerées d’orange sanguine, 1 d’orange douce, 2 de citron vert et 3 de cerise noire. Au goût, on ne sentait presque que l’orange sanguine, qui restait très présente dans la gorge et ce n’était pas très agréable. Dans mon troisième mélange il y avait beaucoup moins de cerise noire et plus de citron vert, on sentait la cerise en note d’attaque mais ensuite elle disparaissait complètement derrière les agrumes. C’est pourquoi je me suis décidée pour mon deuxième mélange :

3 cuillerées d’orange sanguine

2 cuillerées d’orange douce

2 cuillerées de citron vert

3 cuillerées de cerise noire

Cette fois, on avait bien les agrumes en notes de tête et de cœur, mais de façon plus délicate que dans mon premier mélange et on sentait tout de même bien la note de cerise. Une fois cela décidé, il fallait évidemment composer le thé. Rendez-vous au niveau des balances où nous avons pu choisir deux éléments de décoration, qui ne devaient cependant pas représenter plus de 2% de notre composition. Petite note en passant, j’en ai profité pour demander si les fameuses fleurs de bleuet, souci et autres apportaient quelque chose de plus au niveau du goût. La réponse d’Aline fut sans appel : « Rien du tout. Ça fait juste joli ». Alors si au salon de thé quelqu’un me dit encore une fois « ah il y a des fleurs de bleuet dans ce thé, j’adore, ça apporte un petit quelque chose en plus », je continuerai de hocher la tête sans rien dire mais à l’intérieur je le jugerai avant de me dire que les gens n’ont vraiment pas de palais. Bref. Donc 2% d’éléments de décoration (j’ai choisi les fleurs de mauve et de souci), cela voulait bien sûr dire qu’il fallait retirer deux grammes de thé (vu qu’on réalisait un mélange de 100g de thé parfumé). Voici donc la composition finale de mon thé :

29g d’orange sanguine

20g d’orange douce

19g de citron vert

30g de cerise noire

1g de fleurs de mauve

1g de fleurs de souci

Choix des éléments de décoration du thé parfumé - ©Chloé Chateau

Choix des éléments de décoration du thé parfumé – ©Chloé Chateau

J’ai tout mis dans une grosse boîte au centième de gramme près, bien mélangé puis versé le résultat dans la jolie petite boîte de 100g qu’on nous avait fournie. Ensuite, Maëla Spitz, assistante achat, nous a aidés à remplir les étiquettes – ce qui n’est pas aussi évident qu’il y paraît, car en plus des ingrédients qui composent le thé, il y a évidemment des mentions légales à ajouter : la dénomination du produit (en l’occurence thé noir parfumé), la DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale), une indication du mode de consommation (température de l’eau et temps d’infusion), le poids net et l’adresse du fabricant. Il fallait donner un nom à notre création, mais honnêtement sur le coup je n’avais pas trop d’imagination. Ce n’est qu’une fois rentrée et après avoir réalisé un petit brainstorming avec quelques amis que j’ai trouvé le nom parfait. Fan de la reine, je voulais lui rendre hommage, mais bon, comme j’ai un ego surdimensionné je voulais aussi me rendre hommage à moi-même – après tout, comme le diplôme remis par Dammann à la fin de la journée l’annonçait, j’avais « composé avec succès un premier thé parfumé ». J’ai donc décidé d’appeler mon mélange le Swan Goddess by Modestea (Modestea c’est le nom de ma marque de thé, au cas où je me lancerais un jour, comme ça, c’est trouvé et je suis tellement humble et modeste que ça me va vachement bien). Un mélange délicieux que vous pouvez venir goûter au Tearoom si vous êtes sages (et qu’il en reste) !

Certification de composition d'un premier thé parfumé délivré par Dammann Frères - ©Chloé Chateau

Certification de composition d’un premier thé parfumé délivré par Dammann Frères – ©Chloé Chateau