#DammannDay : les accords fromage-thé imaginés par Dammann Frères

Accords fromage-thé du Dammann Day - ©Chloé Chateau/Anaïs d'Anthropophagie.com

Accords fromage-thé du Dammann Day – ©Chloé Chateau/Anaïs d’Anthropophagie.com

Si vous suivez mon blog depuis un moment, vous savez que je ne suis devenue l’année dernière une grande ambassadrice des accords fromage-thé. Donc forcément il fallait que je vous parle du déjeuner préparé par Dammann Frères lors du #DammannDay, puisqu’au menu il y avait de la charcuterie, du melon… et du fromage et du thé (plein). 

Quand j’ai vu arriver les plateaux de fromages, j’ai tout de suite compris le deal. Les accords fromage-thé c’est assez à la mode depuis l’année dernière et l’avantage c’est qu’on peut les réinventer à l’infini tellement il existe de thés. Une fois qu’on a capté que le fromage de chèvre va super bien avec le thé vert et les bleus avec les thés fumés, par exemple, eh bien il est assez facile d’imaginer une palette de variations qui fait de chaque dégustation thé-fromage un nouvel enchantement pour les papilles.

Comme j’étais très occupée à manger, j’ai complètement zappé de tout prendre en photo et je n’ai donc que des photos du fromage et AUCUNE des belles et grosses théières blanches remplies de liquide précieux qui les accompagnaient (cet immense, immense #FAIL – j’imagine qu’il ne me reste plus qu’à fermer ce blog et à en ouvrir un autre sur le fromage). Du coup j’ai emprunté (avec son accord, hein) une photo à Anaïs du blog Anthropophagie pour le montage ci-dessus (à ne pas utiliser sans son accord, donc !). Mais je me souviens très bien qu’il y avait deux fromages de chèvre (Petit Billy et Sainte-Maure) à associer avec un thé vert japonais, le Tamaryokucha, du Comté et du Salers avec du Da Hong Pao, du Maroilles avec le Pu-erh Menghaï County 2010, de la Fourme d’Ambert avec un thé blanc Himalaya Shangri-la et du Yunnan Céleste pour accompagner le Camembert.

Je me suis tellement habituée à l’alliance fromage bleu-thé fumé que j’ai été assez surprise quand j’ai découvert que la Fourme d’Ambert avait été associée avec un thé blanc. Heureusement, le fromage n’était pas trop fait donc ça passait assez bien mais je pense que s’il avait un peu eu le temps de vieillir on n’aurait plus senti grand-chose de ce sublime thé blanc d’une grande douceur.

J’ai évidemment adoré l’association Comté-Da Hong Pao (je me suis d’ailleurs resservie plusieurs fois) et j’ai beaucoup apprécié l’idée du Yunnan Céleste avec le Camembert. En même temps, tout cela colle bien avec mes goûts (thés de caractère et fromages qui puent), donc ça n’est pas très étonnant. Très bonne idée également, le pu-erh un peu âgé pour contrer le Maroilles – qu’il fallait oser sortir. Bref, je me suis régalée, puisque le fromage, bah c’est la vie. Ceci dit, on nous avait demandé par mail un peu à l’avance si on avait une aversion particulière pour le fromage (« Vous rigolez ? Bring it on! », que j’avais répondu, en substance) ou la cuisine japonaise. Et j’avoue que je me demande un peu ce que ça aurait donné avec la cuisine japonaise.

 

Et en dessert, me demanderont ceux qui ne perdent pas le nord ? En dessert, Sandrine nous avait fait deux délicieux gâteaux, un cheesecake et une tarte au citron, avec son ingrédient secret-magique : les œufs de ses petites poulettes à elle ! Honnêtement je croyais que tout avait été posé sur la table et si j’avais su que ces deux énormes et magnifiques gâteaux allaient suivre, je ne me serais pas resservie du Comté* mais bon, on ne vit qu’une fois !

 

* Faux. Je me serais resservie quand même, mais bon, faut faire genre un peu, hein.