Vernissage : Éloge du Silence de Jean Cabane à L’Essence du thé de George Cannon

Vernissage Éloge du silence de Jean Cabane chez George Cannon à L'Essence du thé - DR/George Cannon/Jean Cabane

Vernissage Éloge du silence de Jean Cabane chez George Cannon à L’Essence du thé – DR/George Cannon/Jean Cabane

Pour la première fois la semaine dernière j’ai assisté au vernissage d’une exposition au salon L’Essence du thé de George Cannon, à Paris. Après plusieurs passages enchanteurs dans ce salon de thé réputé, j’avais très envie de redécouvrir l’endroit sous un nouveau jour – ou plutôt en début de soirée. Rendez-vous fut pris pour le vernissage de l’exposition Éloge du silence de Jean Cabane le 6 octobre dernier. 

Cet Éloge du silence de Jean Cabane représente des objets du quotidien de l’artiste, des objets immobiles qui étaient les témoins d’un amour trouvé et perdu au Vietnam, comme il l’a raconté pour la marque George Cannon qui expose ses tableaux à L’Essence du thé jusqu’au 7 janvier 2016 :

« Les jours qui passent ne nous appartiennent plus. En nous, ils laissent l’empreinte de leur passage. Peignant, je cherche à saisir ces instants, à fixer ces images. Pour me souvenir. Le désir de peindre est quelque chose d’indicible. Comme l’absence d’un être aimé est sans mot. Un jour de septembre, il y a onze ans, un jour comme aujourd’hui j’arrivais dans un lointain pays dont le nom résonnait à ma mémoire depuis bien des années. (…) J’ai vécu toutes ces années l’histoire d’un magnifique amour. Brutalement interrompue par un effroyable accident. Le choix de peindre après a d’abord été le chois d’aimer encore. De rester debout. Présence d’une absence. Dans le silence. (…) Un coin de jardin, une rizière ondulant sous la brise, un fruit oublié dans un panier de bambou, des pots laissés sur les dalles de la terrasse. On aurait pu à tout moment déplacer ces objets. Les uns étant utiles, les autres simplement posés là sous la pluie. Chaque jour demeurant, toujours les mêmes, objets-témoins. »

Comme Olivier Scala, président de George Cannon, l’a souligné le soir du vernissage, cette exposition est en parfaite harmonie avec le décor de L’Essence du thé. Les tons pastels des peintures de Jean Cabane et le sujet de certaines (dont mes préférées, celles qui représentent des théières, tasses et autres ustensiles de préparation et dégustation du thé) en font une décoration presque naturelle pour le salon de thé.

J’avoue que pour cette « première » pour moi, j’ai surtout été prise par l’ambiance de la soirée, à papoter avec les amis blogueurs thé (Céline du blog Arthémiss, Adeline de Thé+Toi et Nicolas), Cathy Burg (que je remercie encore ici pour son invitation) et Olivier Scala, aussi charmant et accueillant que ma précédente discussion avec Cathy le laissait penser. J’ai dégusté un verre de champagne subtilement infusé au Dong Ding Oolong de George Cannon avant de m’en servir une tasse chaude. Un oolong qui m’a séduite par sa finesse et son goût à la fois profond et délicat.