Whittard of Chelsea: a journey back to qualiTEA

Vous pouvez lire la traduction en français de cet article sous la galerie photo

With the opening of a tea room in Covent Garden, the increase of the tea range from 40 to 100 references and a clear step up in terms of quality, Whittard of Chelsea is more than ever the brand to follow.

With the opening of a tea room in Covent Garden, the increase of the tea range from 40 to 100 references and a clear step up in terms of quality, Whittard of Chelsea is more than ever the brand to follow.

Before coming to London I reached out for a few tea brands I like in the UK. Whittard of Chelsea was one of them and also one of the first to answer and agree to welcome me, so that I could learn about them. An appointment was made with Marie-Laure, General Manager of the Covent Garden shop, for November 9th at 11am. Needless to say that I was pretty excited and had quite some expectations – which were completely met once I stepped in the store. 

Whittard of Chelsea has been around Covent Garden for a few years now, but the real novelty is the tea room that opened last August. To get there, just walk around Covent Garden – the Whittard shop in on the Henrietta St. side but inside the market on the basement floor (which is not really clear when you look for your way on your phone’s app). You’ll enter a nice cosy shop, with a low ceiling – which might impair tall people, but I’m definitely not one of them and I must say I really enjoyed that and the fact that a place, for once, seemed made for my height. When entering, you’ll be in the tea shop, with a large round table in the middle of the room presenting a number of teas available for tasting. Around you, you’ll find the emblematic tea and biscuit tins, as well as some tea ware. I went to the cashier to ask for Marie-Laure who took me straight to the tea wall (I’m calling it that, not anyone else I suppose) at the bottom of the shop. All 100 kinds of tea are exposed in large 1kg tins and you can ask to smell them before choosing which one you’d like to buy or just try (the shop does brew tea to go or to stay). Marie-Laure offered me a large cup of tea and I decided to go with the Robert Fortune Blend, one of this year’s creation that I had talked about but hadn’t had the chance yet. I must say it was as yummy as I had anticipated.

Then Marie-Laure gave me a full tour of the shop, showing me the brand’s coffee and hot chocolate ranges. I was surprised when I heard that the brand had now a hundred references to offer, amongst which one can find absolutely every sort of tea (from pu-erh to one sort of yellow tea, with black, green, white and oolong but also infusions of course).

When one looks at Whittard of Chelsea’s tea tins, they’ll find that there is a number corresponding to each tea and at first it might seem pretty random. It’s actually not. Lots of them actually correspond with a date – for instance, the 1886 blend pays hommage to the year the first Whittard shop was open. Good quality tea, coffee and chocolate have always been the core of Whittard and one may be surprised to remember how little of those products they might have found compared to the amount of tea ware that was presented in the shops only a few years ago. Actually, what I remembered myself of Whittard from my English days was a brand with some nice loose tea, but mostly English black blends and flavoured teas, and lots and lots of fancy tea ware that I always wanted to buy. « The brand kind of lost itself with the tea ware, admitted Marie-Laure. For the last years we’ve been trying to focus back on tea and that’s why we expanded our tea range and decided to open the tea room. » 

While in France, tea is a beverage that wins the heart of more consumers by the year, and where people discovering it like to try it by testing loose tea and investing in teapots and all the artillery going with it, in England what stays the reference is the forever fashionable tea bag. « I married an Englishman, Marie-Laure told me. I myself didn’t use to drink tea before I came to work for Whittard of Chelsea but once I started, I couldn’t stop and especially not give up a nice loose tea for a tea bag, which is all my husband will accept to drink. I’ve tried many times to convert him by showing it’s really not so much longer or complicated but he only swears by his tea bags. »That explains why the brand keeps its best seller references, mostly flavoured teas and lots of tea bags, but also what actually seems heretic to me but sells so well « that when we tried not to sell them any more people complained and we had to put them back on the shelves »: instant tea. They occupy only a small portion of the store, though, and more and more people get convinced by Whittard of Chelsea’s new teas.

Since Christmas is coming and Whittard is not only about tea, I also took the chance to try hot chocolate, notably the Christmas one, with plum flavour and spices – such a nice twist to any usual orange-and-spices-and-vanilla Christmas beverage. I strongly recommend it, as well as the Hot Chocolate with salty caramel. If you’re a white Chocolate lover, go for the White Chocolate and raspberry one. When it comes to tea, I’ll make you wait a few weeks until I go home and get a chance the wonderful sample Marie-Laure made me. It involves Whisky flavoured black tea, the 1886 blend, the Elderflower Earl Grey, the Gaba Oolong, the Yellow Sun tea, the White Darjeeling from Margaret’s Hope… a nice program I’ll definitely tell you more about as soon as I get a chance.

After that complete tour and story of Whittard, I decided to go for tea (even though it was lunchtime) in the tea room, which serves only high tea but all day long, from the opening to the closing time. Fancy a tea time at 8pm? Totally possible. I would have told you all about it right now but this piece is already really long and I’ll keep some for later (plus, I’m writing in the bus on my way to the School of Rock musical and I’m almost there). Just know for now that I had tea, a sandwich, an English muffin with tea infused jam and a large slice of cake. It was all delicious and I’m going back for more in about 10 days, abandoning my Fortnum general quarters for the occasion, which says a lot about how much you should want to visit too. Until then, stay tuned for more about Whittard of Chelsea on Somewhere Over the Teapot! 

Avant de venir à Londres, j’ai contacté quelques une de mes marques de thé britanniques préférées et Whittard of Chelsea fut l’une des premières à me répondre et à accepter de m’accueillir pour m’en apprendre plus sur leur maison. Rendez-vous fut pris pour le 9 novembre à 11h et il me paraît assez inutile de préciser que j’étais assez impatiente de découvrir la boutique de Covent Garden Marie-Laure, la directrice (française) de la boutique, en compagnie de qui j’ai passé un excellent moment. 

Whittard of Chelsea à Covent Goarden, ce n’est pas bien nouveau – la boutique a changé d’emplacement à un moment donné mais sinon on y trouve la marque depuis déjà pas mal d’années. La vraie originalité date du mois d’août, qui a vu l’ouverture du premier salon de thé de la marque. Pour vous y rendre, faites le tour de la place jusqu’à vous trouver sur Henrietta Street. Le GPS de votre téléphone pourrait bien vous indiquer que c’est là que se trouve la boutique mais il vous faudra en fait entrer dans le marché couvert et descendre au sous-sol our trouver l’entrée principale. Vous accèderez ainsi à un endroit chaleurs et bas de plafond – ce qui pourrait ennuyer les « grandes personnes » mais qui me convient parfaitement (pour une fois qu’une boutique est à ma taille à moi !). La pièce principale présente la collection de thé avec, en son centre, une grande table ronde de dégustation de thés en vrac. Je me suis dirigée vers la caisse pour demander à voir Marie-Laure qui m’a emmenée directement au fond de la boutique où sont exposés les 100 thés de la marques dans leurs grandes boîtes en métal. Elle m’en a fait choisir un pour m’en préparer une grande tasse (on peut commander en boutique un thé à consommer sur place ou à emporter) et je me suis décidée pour le Robert Fortune blend dont j’avais déjà parlé sur ce blog lorsqu’il était sorti et dont j’étais curieuse de connaître le goût. Pas déçue, j’ai apprécié son goût, autant qu’il s’agissait d’un bon blend de thé noir assez tonique, parfait puisque je n’avais pas pris de thé avant de me rendre à cette rencontre.

Ensuite, Marie-Laure m’a entraînée dans une visite complète de la boutique me montrant autant les rayons de thé que ceux du café et du chocolat chaud. Elle m’a également parlé un peu de l’histoire de la marque et j’avoue avoir été surprise quand elle m’a dit que Whittard avait élargi sa gamme de thé en passant de 40 à 100 références ces dernières années (et on trouve de tout, du pu-erh au thé jaune, même s’il n’y en a qu’une sorte, en passant par le noir, le vert, le blanc et le oolong, mais aussi les infusions bien sûr). 

Quand on regarde les boîtes de thé de Whittard of Chelsea, on s’aperçoit que chaque sorte est numérotée d’une façon qui peut sembler assez aléatoire au premier abord. En réalité chaque nombre est soigneusement pensé pour coller parfaitement à son thé. Par exemple, le blend 1886 rend hommage à l’année où la marque a ouvert sa première boutique. Thés, cafés et chocolats chauds de qualité ont toujours été l’ambition de Whittard. C’est pourquoi on peut être surpris de l’amplitude de la gamme de thés d’aujourd’hui si l’on a cont Whittard il y a quelques années. De mes années anglaises, en effet, je me souviens avoir découvert la boutique d’Oxford Street, qui vendait certes du bon thé en vrac, mais surtout des blends de thés noirs ou des thés parfumés, et beaucoup, beaucoup de vaisselle à thé – très jolie au demeurant, j’avais toujours tout envie d’acheter. « La marque s’est un peu perdue avec toute cette vaisselle, a admis Marie-Laure. Ces dernières années on a essayé de se concentrer à nouveau sur le thé et c’est pourquoi on est passé d’une quarantaine de références à cent. »

Alors qu’en France, le thé fait chaque année de plus en plus d’adeptes, dont beaucoup commencent d’emblée avec du thé en vrac et en se procurant tout le matériel du parfait petit chimiste – pardon, tea addict -, en Angleterre le fameux sachet de « poussière » reste indétrônable. « J’ai épousé un Anglais, m’a raconté Marie-Laure. Moi-même, je ne buvais pas de thé avant de travailler pour Whittard mais une fois que je m’y suis mise, je n’ai plus arrêté et aujourd’hui je ne pourrais m’en passer ou boire autre chose que du thé en vrac. Or mon mari refuse autre chose que ses sachets. J’ai essayé plein de fois de le convertir en lui montrant que ce n’est pas forcément beaucoup plus long ou compliqué mais il ne jure que par ses sachets. » Cette anecdote explique en partie pourquoi des marques britanniques comme Whittard gardent dans leur catalogues leurs best sellers, qui sont principalement des sachets et des thés parfumés, mais également un produit qui serait qualifié d’hérétique par la plupart des tea addicts mais qui se vend si bien « que quand on a essayé d’arrêter, les gens se sont tellement plaints qu’on a dû le remettre sur les étagères », à savoir le thé instantané. Ils n’occupent que peu de place dans la boutique, cependant, et de plus en plus de gens sont convaincus par la nouvelle gamme de thés en vrac de Whittard by Chelsea.

Mais puisque Noël approche et que Whittard ne vend pas que du thé, j’ai aussi eu la chance d’essayer du chocolat chaud, notamment celui imaginé pour les fêtes, parfumé à la prune et épicé, un changement appréciable par rapport à toutes les boissons de Noël qui reprennent presque toujours le « trio gagnant » (orange, épices et vanille). Je vous le recommande aussi chaudement que celui au caramel au beurre salé ou, si vous êtes amateur de chocolat blanc, celui à la framboise. En ce qui concerne le thé, il va vous falloir attendre encore quelques semaines, que je rentre en France et que j’aie eu le temps de goûter tous les échantillons offerts par Marie-Laure pour que je vous donne mes impressions – mais de façon générale je pense pouvoir dire qu’on ne prend pas trop de risques avec les thés Whittard of Chelsea. Parmi les échantillons en question, il y a un thé noir au whisky, le mélange 1886, l’Earl Grey à la fleur de sureau, le oolong Gaba, le thé jaune Yellow Sun, le thé blanc Darjeeling du jardin Margaret’s Hope… un chouette programme de dégustation en vue !

Après cette visite en règle, j’ai décidé de m’installer au salon de thé (même s’il était midi et qu’il était plutôt l’heure de déjeuner) de Whittard, qui ne sert que l’Afternoon tea toute la journée (jusqu’à la fermeture à 21h) – complètement jet-lagué ? Envie d’un tea time à 20h ? Whittard est là pour vous ! Mais je ne vous en dis pas plus pour l’instant, je garde ça pour un autre billet – celui-ci est déjà bien assez long et assommant (et accessoirement j’écris ce post du bus qui m’amène voir la comédie musicale School of Rock et je suis presque arrivée). Il vous suffira de savoir pour l’instant que j’ai pris un thé, un sandwich, une part de gâteau et un muffin et que tout était délicieux. D’ailleurs, j’ai l’intention d’y retourner très vite pour prendre le thé à nouveau à la place du petit-déjeuner ou du déjeuner avec des amis, abandonnant ainsi le quartier général (Fortnum & Mason, pour ceux qui n’auraient pas suivi depuis le début), ce qui dit à quel point j’ai apprécié ma visite là-bas et que vous aussi, vous devriez vous y rendre à la première occasion. En attendant, restés connectés pour plus de nouvelles sur Whittard of Chelsea !