Isle of Man: a journey back to life in pictures

Lighthouse in Point of Ayre, Isle of Man

Lighthouse in Point of Ayre, Isle of Man

La traduction en français de cet article se trouve sous la galerie photos

Last November, I took a month-long holiday in the United Kingdom. I needed some « me-time », as they say. So the program was quite simple: only do what I wanted to do. That translated into theatre plays, musicals, nice restaurants and also a few alone escapes, the first of which happened on my first week-end, which I spent on the Isle of Man. 

This week-end, as a matter of fact, almost not happened. Due to unfortunate circumstances, I missed my flight. That led to me snapping at some guy waiting next to me at the Easy Jet desk of Gatwick Airport and that, in turn, led to my first whisky ever with that same man and another one in the airport lounge before catching the next flight. I am willing to tell the whole story but really, I think it’s nicer to keep it a bit mysterious and to let your imagination work a bit.

On arrival at Douglas airport, I was welcome by the most awful weather I had ever encountered. A wind so strong that my suitcase went for a roll by itself even though I was holding it firmly. In the meantime, my hood slapped my head on one side and heavy and violent rain took care of the rest of my face. Good evening to you too, Isle of Man. I managed to find my rental car and to start the engine (eventually. Weirdly enough I had never encountered the word ‘clutch’ and it took me about ten minutes to figure it all out). Then I also had to figure out where to go.

Indeed, one would imagine that upon leaving the airport, you’d easily find your way on the roundabouts. One would be very wrong. I took three of those knowing nothing of what I was doing and had to stop at a fish and chips to ask for my way to Port Erin. I eventually got there but missed my final destination, which was Westlodge Bed and Breakfast. To my defense, on my way there, I had to drive through pitch black night with waves violently jumping from the sea on my windshield on roads with unlimited speed portions and other cars passing me by because apparently 50m/h wasn’t fast enough. So once arrived in Port Erin, I stopped just in time to receive a phone call from an Isle of Man number. « What did I do wrong? », I immediately thought. Sure enough, it took me about 10-15 minutes to get hold of the car and remember what it was like to drive on the left (especially since it was my very first time driving a British car) and I’ll admit I might have lightly bumped a couple dozens wing mirrors during that learning process. But still, it couldn’t be that, right? Nope, it wasn’t.

Finding out how cool the Isle of Man police can be

« Miss Chaytayuuuu? (Yes, people struggle with my name in the UK)
– Speaking.
– It’s the rental car company. I’ve just received a call from the police.
– (Oh shit. So they DO know.) Wait, what??!! The police?? I don’t understand, what happened??!!!
– Oh no, don’t worry, it’s just that apparently you’re driving without your lights on. »

Pause. Yes I had been. For like twenty minutes, before understanding why it was that the high beam stick wouldn’t hold itself in place and I had to hold it and leave it for shift gear before holding it again. Problem was, when I turned the engine on, it automatically turned the lights, only not fully. At first I just thought it was fully automatic and imagined that if I couldn’t see shit, it was because it was so dark (I live in a city. I’m not used to such pitch black night, thank you). I was wrong, obviously, and understood it when I actually found the light switch – which was situated in a very weird place, if you want my opinion. So I turned the beams on and from there, it was a lot easier. So. Back to that phone call. I explained it all and apologised as Britishly as I could:

« – I am so, so, so, very sorry, what should I do? Did they fine me?
– Oh no. They didn’t mind, really, they were just concerned for you and asked me to warn you that it would be safer with your lights on. »

Wait, what?? OK, then, thank you very much, Sir, and a very nice evening to you too. Back to the story, now. When I found the B&B at last, I had the great pleasure to meat Barbara, probably the kindest person on earth. With her husband Eric, Barbara runs the most charming Bed and Breakfast I could ever dream of. If like me you’re in love with the image of the countryside one can see on TV, you’ll love it. It was like visiting in an Agatha Christie novel and I was absolutely completely charmed. I dropped my things and went outside to the nearest pub for a very good dinner of homemade steak and kidney pie and ale. Then I just went back to the B&B to have a piece of Barbara’s cake (she makes the most delicious cakes ever) and go to my bed (and enjoy the heating blanket) – the day had been filled with adventures.

The end of world is a pebble beach

The next morning, I awoke to a very nice fully cooked breakfast served by Eric, who also helped to come up with a nice itinerary. I was lucky enough to be graced with nice weather, and had the loveliest day, driving around the island, ending up to the Point of Ayre, after Bride, which is the northest point on the island. I had decided to reach it just before the sun went down, so that I could see the sunset and hopefully the northern lights. It appears one can see them if the sky is clear. Unfortunately the sky was cloudy but I was treated with a very nice sunset while I was completely alone on the beach. I soon found myself dancing to the music on my hears on this pebble beach on the end of the world. I tried to walk to the end of the beach, too, but it seemed to just not finish ever, and after a full two hours I thought I should maybe head back to the car, which proved a bit difficult even though it was a full moon night – my iPhone’s flashlight didn’t prove very efficient and for a little while I contemplated the idea of just falling asleep on the pebbles. I couldn’t do that, I thought then, and ended up finding the car anyway. I headed back to Port Erin, had a fish and chips and got « home » to Barbara, her dreamy chocolate cake and her sweet friends to whom I told all about my adventures of these last few days.

On Sunday morning, I woke up early again (you should try and stop being so surprise, I know I’m not an early bird usually but during the whole trip I made my best to enjoy daylight and woke up pretty early almost everyday) and went for another nice drive before going back to the airport to fly back to London.

Selfishness cannot exist when one’s alone

This first getaway set the tone of the whole trip. I had seen Dead Funny and School of Rock just before it, and I spent this whole weekend doing absolutely only what pleased me. For instance, no one I know would have agreed to spend two hours walking and dancing in the cold on the pebble beach of the end of the world under the moonlight. But what did I care? For once I didn’t have to take in consideration what other people wanted and it felt so liberating. Amazing. And also I fell completely in love with that island. I’m going back someday, that’s for sure. And I’ll definitely be staying in the same room at Westlodge B&B, that’s as sure as well. I could totally see myself hiding there for a month while putting the final touch to my novel. Alone and happy. And now, without further ado, the pics.

Un week-end sur l’île de Man pour apprendre l’égoïsme

En novembre dernier, j’ai fait un voyage d’un mois en Grande-Bretagne, histoire de prendre du temps pour moi, de « me retrouver », comme on dit. Au programme : ne faire que ce qui me faisait envie. Du théâtre, des comédies musicales, de bons restaurants et des escapades en solo. C’est ainsi que je passai mon premier week-end après une semaine à Londres sur l’île de Man. 

Il se trouve que ce week-end a bien failli être très raccourci. De malheureuses circonstances m’ont en effet fait rater mon avion. Ceux qui connaissent mon caractère ne seront pas étonnés d’apprendre que cela me mena à un moment donné à parler pas très gentiment à un monsieur qui attendait comme moi devant le guichet EasyJet de l’aéroport de Gatwick. Ce qui me mena ensuite à boire mon tout premier whisky de ma vie avec le même monsieur et un autre dans le salon de l’aéroport en attendant le vol suivant. Je pourrais vous raconter toute l’histoire mais franchement, est-ce que ce n’est pas mieux de laisser marcher un peu votre imagination ? Voilà, c’est bien ce que je me disais.

Arrivée à l’aéroport de Douglas, j’ai été accueillie par le pire temps que j’avais jamais vu. Un vent en bourrasques si fortes que ma valise décida de se faire la malle alors que je la tenais pourtant fermement et que ma capuche me claqua la figure pendant que la pluie la plus violente me fouettait le visage. De quoi se sentir vraiment bienvenu, en somme. J’ai réussi à trouver ma voiture de location et j’ai même fini par réussir à mettre le moteur (il m’a fallu dix minutes, sans dictionnaire, pour comprendre que « clutch », c’était l’embrayage, un mot dont je n’avais visiblement jamais fait la connaissance auparavant – c’est maintenant chose faite). Ensuite, il s’agissait de trouver la bonne direction.

Naïvement, j’avais cru qu’en sortant d’un aéroport les principales villes de l’île seraient indiquées sur les panneaux. AH. AHAH. J’ai pris trois ronds-points en choisissant les sorties au pif avant de tomber, tout à fait aléatoirement, sur un fish and chips où j’ai pu demander mon chemin pour me rendre à Port Erin, qui n’est, en plein jour, qu’à un quart d’heure et en ligne droite, hein. Une bonne demi-heure plus tard j’arrivais enfin à destination (à ma décharge, il faisait nuit super noire – je ne rigole pas, j’habite en ville, moi, j’ai pas l’habitude – et des vagues sautaient littéralement de la mer sur mon pare-brise de temps à autre. Charmant, mais déstabilisant) et me garais pour chercher où se trouvait mon Bed and Breakfast. C’est ce moment que choisit mon téléphone pour sonner. Numéro de l’île de Man. « Qu’est-ce que j’ai bien pu déjà faire ? », me demandai-je immédiatement. Il est vrai que dans le processus de ré-apprentissage de la conduite à gauche, il se pourrait que j’ai claqué légèrement une demi-douzaine de rangées de rétroviseur, mais rien de bien méchant. Ça devait donc être autre chose, mais quoi ?

À la découverte des forces de police de l’île de Man – en quelque sorte. 

« Miss Chaytayuuuu? (Oui, les anglophones ont un peu de mal à prononcer mon nom de famille, trop de voyelles apparemment)
– Oui.
– C’est la compagnie de location de voitures. La police vient de m’appeler.
– (Eh merde. Donc ils savent !) Comment ça, la police ? Je ne comprends pas, qu’est-ce qu’il se passe ?
– Non, non, ne vous inquiétez pas, apparemment c’est juste que vous conduisez sans phares.

Petite pause. Alors, oui, en effet, en mettant le contact, j’ai vu de la lumière s’éjecter des phares et en ai déduit qu’ils s’allumaient et se réglaient automatiquement. Certes, je trouvais que je ne voyais pas très bien, MAIS comme je vous l’ai dit il faisait très, très nuit et très vilain temps et pendant un moment j’ai cru que c’était normal. J’avoue que j’ai été très étonnée que les pleins phares refusent de rester enclenchés (je gardais donc la main collée dessus, sauf, bien sûr, quand je devais changer de vitesse, ce qui pouvait être un poi gênant au début, mais on s’habitue vite à la manœuvre). Mais au bout d’une petite vingtaine de minutes de rien du tout, j’ai enfin trouvé, par le plus curieux des hasards en cherchant complètement autre chose, le bouton des phares, franchement très mal situé. Je les ai donc allumés et ai continué mon chemin. J’expliquai mes mésaventures au charmant monsieur au bout du fil et présentai mes excuses de la façon la plus britannique possible :

« Oh là là, je suis tellement désolée, que dois-je faire ? Est-ce qu’ils m’ont mis une amende ?
– Oh non, ils s’en moquaient un peu, en fait. C’est juste qu’ils m’ont demandé de vous prévenir parce qu’ils pensaient que ça serait plus sûr pour vous de rouler avec vos phares. »

TU. M’ÉTONNES. Dans ce cas, merci bien monsieur et très bonne soirée à vous également. Retour à mon histoire. J’ai enfin trouvé mon B&B, où j’ai rencontré la charmante Barbara, une des personnes les plus gentilles du monde. Avec Eric, son mari, elle tient le plus charmant B&B semblant tout droit sorti d’un roman d’Agatha Christie – pas besoin de vous dire que j’en suis tombée amoureuse en un instant, en particulier de ma chambre. J’ai déposé ma valise et suis repartie dîner au pub le plus proche d’un délicieuse part de tourte au bœuf et aux rognons maison accompagnée d’une bière, avant de rentrer pour le dessert – Barbara fait les meilleurs gâteaux de l’univers et en laisse toujours une part dans le salon le soir. Puis, direction le lit et sa couverture chauffante – cette journée pleine d’aventures m’avait passablement épuisée.

La fin du monde est une plage de galets

Levée au petit matin, j’eus droit à un délicieux breakfast anglais préparé et servi par Eric, qui m’aida également à définir un itinéraire pour ma journée. Cette fois, j’avais de la chance, le temps était plus que clément. J’ai passé la journée à faire le tour de l’île avant de me rendre le plus au nord possible, au Point of Ayre, après le village de Bride. Je souhaitais y voir le soleil se coucher et espérais un peu y apercevoir également les aurores boréales, visibles du nord de l’île en cas de beau temps. Malheureusement pour moi le ciel était nuageux mais j’assistai tout de même à un ravissant coucher de soleil, rien que pour moi puisque la plage de galets était déserte. Et quand on me laisse seule sur une plage déserte, je me colle mes écouteurs dans les oreilles, je lance la bande originale de la comédie musicale Matilda à fond les ballons et je chante et je danse. J’ai donc passé deux heures à m’amuser sur la plage, ainsi qu’à marcher en parlant à la mer et aux galets, espérant atteindre le bout du bout de cette plage. Plage qui donc ne finit visiblement jamais. Au bout de deux bonnes heures je me retrouvai paumée au bout du monde dans le noir et décidai de tenter de faire le chemin inverse histoire de retrouver la voiture et de rentrer me coucher au chaud dans mon lit avec sa couverture chauffante (c’était ça ou mourir de froid sur les galets, ce qui me semblait beaucoup moins marrant). Après quelques tâtonnements je retrouvai mon véhicule et le chemin pour Port Erin, où je dînai d’un fish and chips avant de rentrer manger le délicieux gâteau au chocolat de Barbara, à qui je racontai mes aventures de ces derniers jours.

Le dimanche matin, je me levai tôt de nouveau (bon, le but de ce voyage, c’était quand même de profiter de la lueur du soleil, qui se couchait vaguement vers 15-16h, selon l’endroit où je me trouvais, donc n’ayez pas l’air si étonné) et je partais pour une autre promenade avant de rendre la voiture à l’aéroport et de reprendre l’avion pour Londres.

Quand on est seul, on ne peut pas être égoïste

Cette première escapade a donné le ton de mon long voyage. J’avais vu Dead Funny et School of Rock durant ma première semaine londonienne et tout le week-end je n’avais fait que ce que je voulais. Par exemple, personne n’aurait jamais accepté de rester deux heures durant dans le froid à danser et chanter et à marcher jusqu’au bout du monde avec moi. Forcément, quelqu’un aurait lancé au bout d’une demi-heure « bon, c’est bien, on a vu le soleil se coucher, il fait froid, on rentre ». Mais comme j’étais toute seule, pour une fois je n’avais pas à m’inquiéter de ce que les autres voulaient. Juste de ce qui me faisait plaisir à moi. Quelle libération. Sans parler du fait que je suis tombée complètement amoureuse de l’île de Man où je retournerai forcément bientôt. Et quand j’y retournerai je resterai de nouveau dans cette même chambre à Westlodge. Je m’y verrais bien apporter les dernières touches de mon roman, complètement à l’abri du monde. Seule et heureuse.