Découverte féérique de l’Île de Skye en photos

Trip on the Isle of Skye

Trip on the Isle of Skye

En novembre dernier, j’ai fait un chouette voyage d’un mois en Grande-Bretagne au cours duquel j’ai passé huit jours en Écosse. Je vous ai déjà parlé de mes deux journées à Édimbourg, voici la suite du trip : trois jours sur la féérique Île de Skye. 

Je sais, je traîne à poster ces photos. Tellement qu’au moment où j’écris ces lignes (qui ne seront postées que dans quelques jours) je suis à la veille de me rendre à Cambridge et que je vais revenir d’ici une dizaine de jours avec un autre voyage à vous raconter alors que je n’ai même pas fini celui-là. C’est un peu ce qui m’a motivé à finir de trier les photos (on est passé de plus de 720 je crois à 90 dans cette galerie, ça prend du temps, pas étonnant que j’ai été découragée parfois devant l’ampleur de la tâche). L’avantage c’est que je suis fatiguée, que je n’ai pas beaucoup de temps devant moi car je dois faire ma valise, et je vais donc essayer de vous raconter ces trois jours fantastiques le plus succinctement possible.

Day 1 : le trajet et le dîner

Je suis partie d’Édimbourg dans une voiture de location (avec laquelle j’aurai finalement fait à la fin de ce voyage plus de mille kilomètres en cinq jours, pas mal !) en direction de l’Île de Skye vers midi. Et donc je suis arrivée vers 20h30 à Portree, sur l’Île, après avoir parcouru les deux tiers du trajet dans la nuit noire. Je me suis dépêchée de trouver un restaurant pour dîner (tous les restaurants ferment à 21h là-haut et pour peu qu’il n’y ait plus de clients, ils n’hésitent pas à fermer la cuisine bien avant ça). J’ai tourné deux minutes avant de tomber sur une place et de me retrouver dans THE restaurant de Portree, le Antler’s Bar & Grill. J’avais conduit toute la journée, j’étais épuisée, j’avais faim : je me suis lâchée. D’abord une assiette de gnocchi au parmesan, à l’huile d’olive et à la roquette, puis une sélection de fromages écossais : Clava Brie, Mull Cheddar et Dunsyre Blue, servie avec un fantastique chutney d’onion et des oatcakes. Petit piège qui n’était pas indiqué sur la carte, il y avait sur cette planche assez de fromage pour quatre personnes (j’ai beau avoir du métier j’ai demandé une boîte et j’ai remporté le reste chez mon hôte pour arrondir les angles de mes petits-déjeuners écossais (quoi de mieux qu’un peu de bleu au réveil ?). Et pour finir, une Bakewell Tart. Ensuite je suis rentrée me coucher (oui, alors, le gros de ma journée ça a été le dîner, effectivement, mais je me suis rattrapée le lendemain).

Day 2 : découverte de Trotternish

Le lendemain matin, sur les conseils de mon hôte et puisque le château de Dunvegan (demeure ancestrale des MacLeod) est fermé en hiver, j’ai pris la voiture pour faire le tour de la partie supérieure est de l’île (le coin en haut à droite, quoi). J’ai grimpé le Old Man of Storr, une chouette colline qui n’en a pas l’air, comme ça, de loin, mais qui vous prendra bien une heure et demi de votre vie à monter et redescendre – et attention : si, comme moi, vous oubliez votre bouteille d’eau dans la voiture en bas, vous vous retrouverez à boire à la source. Non, non, je ne rigole pas. À un moment, j’étais tellement assoiffée qu’à la troisième occurence du mini-ruisseau je me suis arrêtée pour le considérer très sérieusement. Je me suis dit « bon au pire qu’est-ce que je risque, à part faire caca un peu mou ? » et hop, j’ai bu. J’ai bu l’eau la plus fraîche et la plus douce de ma vie. Oui, elle était douce. J’avais très, très soif, je vous dis. Et en plus, rien de bizarre n’est arrivé à mon caca, ce qui fait de ce moment désaltérant l’un des passages les plus épiques de ma vie.

Ensuite, j’ai continué mon tour de Trotternish avec  des chutes d’eau et des marques de pas de dinosaures fossilisées avant d’arriver à l’entrée du Cuiraing. Pas mal d’ascension et une traversée par le chemin le plus au sud (et le plus court des deux) car il était déjà deux heures de l’après-midi et que je voulais absolument voir le village d’Uig et surtout Fairy Glen avant la tombée de la nuit (à 15 heures, donc – j’étais partie à 9 heures le matin, après un lever et un petit-déjeuner à 8h30, qu’est-ce qu’on ne ferait pas comme folies pour cette belle et sauvage Écosse). Je ne peux pas dire que je regrette, car la nuit est tombée très vite en effet, mais j’aimerais beaucoup y retourner pour voir le chemin plus au nord, plus montagneux.

Passage éclair par Uig ensuite d’où j’ai envoyé quelques cartes postales avant de reprendre le volant pour Fairy Glen. Quelque chose en moi me disait qu’il ne fallait absolument pas que je rate cet endroit depuis qu’on m’en avait parlé la veille et ce quelque chose avait raison. Ce fut en effet l’endroit que j’ai préféré, possiblement de tout ce voyage. Je suis triste que les photos ne rendent pas assez bien la magnificence du lieu et sa magie (oui, je sais que les photos sont top, mais croyez-moi, en Écosse, les photos c’est 10% du spectacle qu’on a vu en vrai). On y voit tout de même la forme typique de ces collines, avec comme des vagues qui font comme de petites butes ou de très mini-petites maisons de hobbits dont on s’attend à voir émerger des fées à tout instant. Je suis restée là jusqu’à ce que la nuit se mette à tomber et je suis rentrée.

J’avais prévu de dîner au restaurant le N°1, qu’on m’avait vanté. Malheureusement on m’y a refusé l’entrée parce que j’étais seule (bah oui, les gens tous seuls ne sont pas très aimés des restaurateurs parce qu’ils monopolisent une table de… deux. Tout ça pour le chiffre d’affaires d’un seul couvert. La plaie, quoi. Un peu comme si un hôpital refusait de vous opérer de l’appendicite ou de vous faire accoucher tant qu’il n’y a pas une deuxième personne dans votre chambre parce que bon, deux lits, quoi ! Je me suis donc rabattue sur le Tongadale Restaurant où j’ai pris une Steak and Ale Pie moyenne, mais comme le service était sympatique, bizarrement, ça ne m’a pas plus dérangée que ça.

Day 3 : Neist Point, l’échec de Dunvegan et Eilean Donan Castle

Le lendemain matin, un nouveau délicieux Scottish breakfast avec des potatoe scones (que j’avais goûtés pour la première fois de ma vie la veille au même endroit et depuis j’en rêve une fois sur deux), du bacon, des œufs, du fromage et du veggie pudding (la version végétarienne du boudin noir qui est donc… du pudding aux fruits secs. Voilà. Rien à voir. Mais très bon et un excellent accompagnement pour le fromage). Bien bourratif, surtout quand, comme moi, on est si peu matinal, mais nécessaire pour braver la journée de marche dans le froid (je ne l’ai pas précisé mais durant tout mon séjour, le thermomètre affichait en moyenne -5°C. C’est ce qui fait que j’ai réussi à perdre du poids alors que je me suis gavée de burgers pendant tout ce voyage. La preuve que le problème, ça n’est pas le fromage ou le gras en général).

Puis, cap sur Neist Point, le point le plus à l’ouest de l’île et son célèbre phare. Il bruinait et la descente a été assez éprouvante pour moi, à flanc de falaise, alors que j’ai une sévère peur du vide. Mais arrivée en bas j’ai apprécié le paysage et les couleurs tout aussi magnifiques que la veille sous un soleil radieux. Des bleus, des gris et des verts intenses… Quand je pense que tout le monde s’est étonné là-bas que je leur rende visite en novembre et pas en été, « parce que c’est pas très beau en ce moment ». Je vous le dis : c’est totalement vrai que les gens qui vivent au paradis finissent par l’oublier). Ceci dit il a fallu remonter à un moment donné et là… Enfin. J’ai repris la voiture et foncé vers un coin qui est sur la côte pile en face du château de Dunvegan, qui était donc fermé. Sauf que les cartes qui montrent des petits écarts de rien du tout c’est que des menteuses : le château était super loin et en plus, le « village » sur la carte était un lieu-dit privé. Bref, la loose.

Alors je suis allée visiter l’autre super château, celui d’Eilean Donan, qui se trouve à une quinzaine de minutes avant Kyle of Lochalsh (la petite ville juste avant le grand pont gratuit qui mène sur l’île de Skye). C’est le château des McCrean mais il a servi dans plusieurs films dont Highlander, ce qui fait que beaucoup pensent qu’il s’agit du château des MacLeod (pas le cas, donc, comme expliqué plus haut). Ça, c’était assez un truc de fou. Surtout le coucher de soleil. Après rentrée, dîner à l’Isle Inn d’un burger et allée me coucher. Le lendemain matin j’ai pris la route pour Oban, mais ça, c’est une autre partie du voyage ! (J’espère vous la raconter assez vite. Vous verrez c’est plus court et en plus c’est là que j’ai bu le deuxième whisky de ma vie, sachant que le premier, c’était là).